Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 22:21

Le long des longs chemins emplis de scrofulaires,
Près du noir carrefour mordu par les ajoncs,
Goules, gnomes, caracolant sur des cochons,
Viennent dans la terreur des cieux crépusculaires.

Ils vont très lentement, sans rimes ni chansons,
Fouettant les houx sanglants de leurs mamelles flasques.
Ils vont très lentement, ces fils verts des bourrasques,
Et parfois, sous leurs pieds, filent des hérissons.

Ainsi qu'un chevreau mord la vigne aigre, âpre, amère,
Le Succube excevant aux bras d'ambre et de lait,
Etirant son échine et crispant son mollet,
Broute le chèvrefeuille à l'odeur éphémère.

Et la Reine a huit ans qui sur la mousse dort,
Ayant entre les seins de pâles lucioles,
Tandis que, traversant les lianes des saules,
Un doux rayon de lune erre à son ventre d'or!

Francis Jammes

Partager cet article

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XIXème siècle
commenter cet article

commentaires

abeilles50 05/05/2010 07:36


Bonjour Ophélie,
Joli texte, mais assez complexe !
Seule, la Reine de Sabbat me sied ! lol
Bonne journée. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Asphodèles etc. 05/05/2010 11:48



Merci à toi et bonne journée également. Bisou.



Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche