Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 21:32

Tant que mes yeux pourront larmes épandre
À l'heur passé avec toi regretter:
Et qu'aux sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre:

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignard Luth, pour tes grâces chanter:
Tant que l'esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toi comprendre:

Je ne souhaite encore point mourir.
Mais quand mes yeux je sentirai tarir,
Ma voix cassée, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel séjour
Ne pouvant plus montrer signe d'amante:
Prierai la mort noircir mon plus clair jour.

 

Louise Labé

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 22:47

"Le baiser en l’Amour est l’octave en Musique,
Vous en avez pris un, et vous en voulez deux;
Pourquoi énervez-vous les accords amoureux,
C’est pécher, disiez-vous, contre la Théorique.

— Non je ne baise point qu’en pure Arithmétique,
Répondis-je soudain, deux baisers savoureux
Font nombre, l’unité est un rien malheureux
Payez-moi, vous devez une chose Physique.

— Que vous êtes mauvais, répliquâtes-vous lors,
Qui pourrait résister à arguments si forts,
Qui me font succomber en si juste querelle?

— Moi" répondit Amour, et d’un dard furieux,
Qu’il trempa plusieurs fois aux flammes de vos yeux,
Il m’enfonça le cœur d’une plaie immortelle.

Abraham de Vermeil

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 21:16

Non autrement que la Prêtresse folle,
En grommelant d'une effroyable horreur,
Secoue en vain l'indomptable fureur
Du Cynthien, qui brusquement l'affole:

Mon estomac, gros de ce Dieu qui vole,
Épouvanté d'une aveugle terreur
Se fait rebelle à la divine erreur,
Qui brouille ainsi mon sens, et ma parole.

Mais c'est en vain: car le Dieu, qui m'étreint,
De plus en plus m'aiguillonne, et contraint
De le chanter, quoique mon cœur en gronde.

Chantez-le donc, chantez mieux que devant,
Ô vous mes vers! qui volez par le monde,
Comme feuillards éparpillés du vent.

Joachim du Bellay

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 23:00

On voit mourir toute chose animée,
Lors que du corps l'âme subtile part:
Je suis le corps, toi la meilleure part:
Où es-tu donc, ô âme bien aimée?

Ne me laissez pas si longtemps pâmée:
Pour me sauver après viendrais trop tard.
Las ! ne mets point ton corps en ce hasard:
Rends-lui sa part et moitié estimée.

Mais fais, Ami, que ne soit dangereuse
Cette rencontre et revue amoureuse,
L'accompagnant, non de sévérité,

Non de rigueur, mais de grâce amiable,
Qui doucement me rende ta beauté,
Jadis cruelle, à présent favorable.

Louise Labé

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 22:19

La nuit m'est courte, et le jour trop me dure,
Je fuis l'amour, et le suis à la trace,
Cruel me suis, et requiers votre grâce,
Je prends plaisir au tourment que j'endure.

Je vois mon bien et mon mal je procure,
Désir m'enflamme, et crainte me rend glace,
Je veux courir, et jamais ne déplace,
L'obscur m'est clair, et la lumière obscure.

Vôtre je suis, et ne puis être mien,
Mon corps est libre, et d'un étroit lien
Je sens mon cœur en prison retenu.

Obtenir veux, et ne puis requérir,
Ainsi me blesse, et ne me veux guérir
Ce vieil enfant, aveugle archet, et nu.

Joachim du Bellay

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 15:30

Le printemps n'a point tant de fleurs,
L'automne tant de raisins meurs,
L'este tant de chaleurs halées,
L'hyver tant de froides gelées,
Ny la mer a tant de poissons,
Ny la Beauce tant de moissons,
Ny la Bretagne tant d'arènes,
Ny l'Auvergne tant de fonteines,
Ny la nuict tant de clairs flambeaux,
Ny les forests tant de rameaux,
Que je porte au cœur, ma maîtresse,
Pour vous de peine et de tristesse.

Pierre de Ronsard

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:10

J'ai rencontré trois limaces
Qui labouraient mon pré.
                  Venez tous voir,
Qui labouraient mon pré
                  Ne venez pas.

Je suis allé un peu plus loin
J'ai rencontré une ânesse
Qui raccommodait son bât
                  Venez tous voir,
Qui raccommodait son bât,
                  Ne venez pas.

Je suis allé un peu plus loin,
J'ai rencontré une église
Qui n'avait ni prêtre, ni curé
                  Venez tous voir,
Qui n'avait ni prêtre, ni curé
                  Ne venez pas.

Il n'y avait qu'une vieille chèvre
Qui chantait "Alleluia"
                  Venez tous voir,
Qui chantait "Alleluia"
                  Ne venez pas.

Il y avait un loup derrière la porte
Qui voulait la confesser
                  Venez tous voir
Qui voulait la confesser
                  Ne venez pas.

Charles-Timoléon de Sigognes

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 22:41

C'est quand mes yeux sont clos qu'ils voient le mieux encor:
Regardant tout le jour choses dont ils n'ont cure,
Ils se posent sur toi en rêve quand je dors
Et, clairs obscurément, voient clair en l'ombre obscure.

William Shakespeare

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 18:16

Tétin refait, plus blanc qu'un oeuf,
Tétin de satin blanc tout neuf,
Tétin qui fait honte à la rose,
Tétin plus beau que nulle chose;
Tétin dur, non pas Tétin, voire,
Mais petite boule d'ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une fraise, ou une cerise,
Que nul ne voit, ne touche aussi,
Mais je gage qu'il est ainsi.
Tétin donc au petit bout rouge,
Tétin qui jamais ne se bouge,
Soit pour venir, soit pour aller,
Soit pour courir, soit pour baller.
Tétin gauche, Tétin mignon,
Toujours loin de son compagnon,
Tétin qui portes témoignage
Du demeurant du personnage.
Quand on te voit, il vient à maints
Une envie dedans les mains
De te tâter, de te tenir;
Mais il se faut bien contenir
D'en approcher, bon gré ma vie,
Car il viendrait une autre envie.

Ô Tétin ni grand ni petit,
Tétin mûr, Tétin d'appétit,
Tétin qui nuit et jour criez:
"Mariez moi, tôt mariez!"
Tétin qui t'enfles, et repousses
Ton gorgerin de deux bons pouces,
À bon droit heureux on dira
Celui qui de lait t'emplira,
Faisant d'un Tétin de pucelle
Tétin de femme entière et belle.

Clément Marot

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 21:57

Plus ne suis ce que j'ai été,
Et ne le saurais jamais être;
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre.
Amour, tu as été mon maître:
Je t'ai servi sur tous les dieux.
Ah si je pouvais deux fois naître,
Comme je te servirais mieux!

*

Réponse au précédent

Ne menez plus tel déconfort:
Jeunes ans sont petites pertes;
Votre âge est plus mûr et plus fort
Que ces jeunesses mal expertes.
Boutons serrés, roses ouvertes,
Se passent trop légèrement;
Mais du rosier les feuilles vertes
Durent beaucoup plus longuement.

*

Sur le même propos

Pourquoi voulez-vous tant durer,
Et renaître en fleurissant âge?
Pour aimer et pour endurer?
Y trouvez-vous tant d'avantage?
Certes celui n'est pas bien sage
Qui quiert deux fois être frappé,
Et veut repasser un passage
Dont il est à peine échappé.

Clément Marot

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans Renaissance
commenter cet article

Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche