Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 17:00

Mon Amour, ma Vie
Fais de moi ton Amie
Et garde-moi en toi

Apprends-moi à t'aimer
A tout te donner
Et à tout recevoir

Aime-moi à l'infini
Tout le jour, toute la nuit
A en perdre la mémoire

Ouvre-moi telle une fleur
Mange mes seins comme une douceur
Et laisse-moi cueillir des tiens le fruit mûr

Goûte au délice de ma rose épanouie
Fais-moi boire à la source de ton envie
Nos corps unis dans l'extase la plus pure

Je veux le baiser de ta bouche
La caresse de tes yeux
Que tes doigts m'effleurent, me touchent
Que mes sens vibrent par eux

Je veux tout connaître de Toi
Répondre à ton attente, te découvrir
T'offrir tout ce qui est en moi
Et assouvir tous tes désirs

Ondine

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 09:39

La neige était belle
Sur le toit de Paris
Où l'édredon du Ciel
Couvrait la vigne endormie

Tandis que veillait le Chat noir
Le Lapin s'était blotti
Pour hiverner comme un loir
Au chaud bien à l'abri

Au Moulin de la Galette
On imaginait valser
Les Reines qui faisaient la fête
En un grand bal costumé

Sur les pentes de la Butte Montmartre
Les enfants jouaient et glissaient
Comme en un fabuleux théâtre
Que les flocons accompagnaient

Sainte-Tétine dressait vers les cieux
Pour les nourrir de sa joie
Ses beaux tétons généreux
Afin qu'ils gardent la foi 

Ondine

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 12:43

Sous les branches d'un tamaris
elle avait suspendu sa toile
et s'y balançait
nonchalante.

Là bas, près du feu,
autour des flammes folles
les chants créoles
résonnaient encore.

J'avais pris le large.

Le rhum sans doute
et les parfums de la nuit
avaient fini par me griser.
Je m'étais fondu au décor
flânant parmi les fleurs
dans l'ombre de la nuit.

Personne ne la cherchait,
je ne l'avais pas vue.

Elle murmura mon nom...

Dans un rayon de lune
elle était là, sur son hamac,
entièrement dévêtue,
ruisselante, ses petits seins
dressés comptant les étoiles.

Sous les branches d'un tamaris
elle avait tissé sa toile
et m'y attendait languissante...

Elle me tendait ses bras
Elle me tendait ses jambes
et moi, prenant racine,
ma raison vacilla
au rythme des chants lancinants,
du grincement de la branche
et des hallucinantes plaintes.

Laurent Chaineux

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 21:27

Elle tend au ciel ses bras liquides 
par où elle meurt tailladée
elle est la nuit du tocsin ultime
la danseuse de feu qui se noie
une fatigue de roseaux brisés emmêlés
de ressacs sans fin et sans espoir
l'a jetée là
miliaire dérisoire au bord du temps
d'où elle m'appelle
tout est dit de son règne menteur
tapie sous l'escalier des caries
la nuit tremblante expie ses excès
d'ombre et de lumière
elle a jeté à mes pieds
sa robe de noces
de cette voie lactée qu'elle arpentait
en incendiant la dimension
plus de signes ne me parviendront
tôt ce matin j'avais préparé les curares
pour l'irréversible tétanie
dans un fouillis de lianes où jamais
je n'ai pu démêler le vrai du faux
vraie lune faux soleil où est la clarté
sinon au fond de ce que je pleure
dans ce tissu de la robe respirée
dans cette rémanence d'odeurs d'humus
de cannelle de poivre et de truffe mouillée
parmi des remugles d'enfance
à courir le sous bois au généreux
divans velus
ce soir je suis nu mon sexe est froid
j'ai perdu tous mes gains
jeune homme
j'avais connu l'entre seins
de la déesse des rondeurs
et jonglé avec les artefacts de la cyprine
j''avais esquissé à fines caresses
la première femme
celle qui
ce soir me fermera les paupières

Christian E. Andersen

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 18:20

Voulez-vous que je vous dise un secret?
Soyez assis
Maman a un trou entre les jambes
Un trou noir caché sous les poils
Comme un poussin dans une fourrure de lapin
Un trou noir comme un énorme œil éthiopien
Où se cache un gros rat aux yeux d'enfant
Avec une langue fourchue couverte de glandes
Qui sécrète un miel attirant les insectes dont il fait sa proie

Fernand Chocapic

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 22:12

Blanc et noir confondus
Ciel confus
Deux femmes
Soudées
Corps gymniques
Déhanchements
Bourgeois
Hymne saphique
Cheveux lâchés
Bouches sucrées
Poitrines de miels
Bras relâchés
Amours tronquées
Lèvres bafouées

Tendresses
Contre des ventres
Doués saccadés
Pétales de fleurs
Mouillées
Le noir touche bémol
Le blanc frôle dièse
Clef de sol
Sonates amoureuses
Mille symphonies
Percutent mes timbales
Amoureuses perdues
Mon clavier volage
Flotte tumulte
Blanc et noir
Parlez moi couleurs
Je compose un chœur.

Papyanar

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 22:00

Le néné est la huitième merveille du monde
Il se situe à égale distance entre Rhodes et Babylone
Car il tient à la fois du Colosse par sa nature généreuse
Et des jardins suspensus par les bretelles du soutien-gorge

Le navigateur solitaire, avec son œil américain, tentera par tous les moyens
de vous prouver le contraire. Il vous racontera son cauchemar d'un tête-à-
tête avec un immense poisson blanc, monstre sans paupière qui le regardait fixement.
Comme lui, beaucoup se sont cassé les dents sur le tatou géant ...

Craignez ses rêves et sa myopie
Regardez-le et vous aurez peur
Et vous serez émus
Et vous serez sur le cul tant la beauté assoit les gens

Fernand Chocapic

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 23:01

Tu liras les pierres que tes pas fouleront
T’enlisant aux lierres de ta peur viscérale
Sous cette poussière d’allures cathédrale
Ombre de paupière plaquée comme un affront

Tu traînes Cœur-de-nuit balançant tes amours
Aux hommes des minuits déchiquetant ton âme
Belle Garce-de-nuit à la vie psychodrame
Dérisoire sauf-conduit aux pavés sans tambours

Les fleurs de barbelés ont poussé sur ton cœur
Et tes yeux ont brûlé la chandelle sans vie
De ce corps mutilé d’envies inassouvies
Les veines sont taillées au pied du Sacré-Cœur

Elle a jeté tes jours au gré des notes noires
Infini contre-jour des ivoires d’un piano
Au sein du carrefour, tes cris en soprano
S’envolent sans retour voués à l’expiatoire.

Si tu savais?

Thierry Le Gall

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 21:14

Un amour accordé
Politesse donnée
A l'original
Du portrait
Peinture
Écaillée
Éraflée
Amourette
De passage
Visages aux anges
Rires policés
Démons doux
Cambrure fatale
Démons des midis
Rupture brutale
Avantage aux printemps
Douceurs estivales
Frissons jaloux
Frémissements usurpés
J'aime l'accord en la
D"un étouffement las
Ton corps s'offre
Je vibraphone
Mes doigts
Sur ce chaud
Rendez vous
Dame nature
Est soyeuse
Mais automnal
A l'abandon
Je vous demande pardon
Madame ma plume
D'exhumer de mon caveau
Les pires mots.

Papyanar

http://www.papyanar.com/ 

 

 

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 15:21

                                  À toutes les femmes avec qui j'ai fait l'amour et dont il ne me reste rien

 

En des rondes d'or et de sang
Aux printemps des années bissextiles
Elles entraient par les fenêtres

Très vite, s'imposaient
Des explosions de nerfs, de lèvres saoules
La crucifixion de l'aube

Nos draps de lit défaits
Célébraient chaque matin la création du monde

Innombrables les papillons bleus
De nos nuits blanches
Innombrables les levers du jour, en équilibre
Sur nos corps confondus

Innombrables, les aveux faibles et tièdes
Qui déchirèrent un silence
Anéanti et fiévreux

Aux printemps des années bissextiles,
Elles entraient par les fenêtres
Mais avant les étés
Elles disparaissaient dans leurs cafés
Avec des morceaux de sucre blanc

Paul Mari

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXIème siècle
commenter cet article

Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche