Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 10:03

Tes mains introduiront mon beau membre asinin
Dans le sacré bordel ouvert entre tes cuisses
Et je veux l’avouer en dépit d’Avinain
Que me fait ton amour pourvu que tu jouisses

Ma bouche à tes seins blancs comme des petits suisses
Fera l’honneur abject des suçons sans venin
De ma mentule mâle en ton con féminin
Le sperme tombera comme l’or dans les sluices

O ma tendre putain tes fesse ont vaincu
De tous les fruits pulpeux le savoureux mystère
L’humble rotondité sans sexe de la terre

La lune chaque mois si vaine de son cul
Et de tes yeux jaillit quand tu les voiles
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles

Guillaume Apollinaire

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:55

Si la fille point ne fille,
Ny n'enfle point sa roupille
Et ne cause ny soupçon,
Ny murmure, ny bisbille,
Ny querelle, ny castille,
Dans une honneste famille,
Une telle péccadille
Ne vaut pas qu'on sourcille:
Le garçon est pour la fille,
La fille pour le garçon.
Qu'on me frotte, qu'on m'étrille,
Qu'on me berne, qu'on me quille,
Qu'on me brusle, qu'on me grille,
Qu'on me pende ou me pendille,
Je diroy cette chanson:
Le garçon est pour la fille,
La fille pour le garçon.

Claude Le Petit

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XVIIème siècle
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:49

ces deux jeunes
dans l'impasse en face de chez moi
ils passent Bob Dylan
jour et nuit
sur leur stéréo

ils montent le son de leur stéréo
au maximum
et c'est une très bonne
stéréo

tout le voisinage
entend Bob Dylan
gratuitement

et c’est moi qui l’entends le plus
gratuitement de tous
parce que j'habite dans l’impasse
juste en face de chez eux

j'entends Dylan quand je chie
j'entends Dylan quand je baise
et même quand j’essaie de m’endormir

quelquefois je les vois
dehors sur le trottoir
très jeunes bien soignés
quand ils sortent pour aller s’acheter
de la bouffe
et du papier hygiénique

ils forment un des couples
les plus charmants
du voisinage.

Charles Bukowski

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:45

L'oiseau du Colorado
Mange du miel et des gâteaux
Du chocolat et des mandarines
Des dragées des nougatines
Des framboises des roudoudous
De la glace et du caramel mou.

L'oiseau du Colorado
Boit du champagne et du sirop
Suc de fraise et lait d'autruche
Jus d'ananas glacé en cruche
Sang de pêche et navet
Whisky menthe et café.

L'oiseau du Colorado
Dans un grand lit fait dodo
Puis il s'envole dans les nuages
Pour regarder les images
Et jouer un bon moment
Avec la pluie et le beau temps.

Robert Desnos

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:40

Venez poussins
Asseyez-vous
Je vais vous instruire
Sur l'œuf
Dont tous
Vous venez, poussins.
L'œuf est rond
Mais pas tout à fait
Il serait plutôt ovoïde
avec une carapace
et vous en venez tous, poussins

Il est blanc
pour votre race
crème ou même orangé
avec parfois collé
un brin de paille
mais ça
c'est un supplément

A l'intérieur il y a

Mais pour y voir
il faut le casser
et alors d'où -vous, poussins - sortiriez?

Raymond Queneau

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 22:51

Trois musiciens dans une clairière
Jouent au milieu des ronciers rouillés
Pour les passants nocturnes qui errent
Sans parvenir à s'ensommeiller.

Ils célèbrent d'infimes offrandes
A l'adresse des germes éclos,
Ou des fougères qui se détendent,
Ou du vol vespéral des corbeaux.

Trois musiciens dans une clairière
En habit de velours, avec des violons,
Enseignent la cérémonie
Des instants de grâce de la terre
Non par des mots chargés de passion,
Mais la vraie musique de fête de la vie.

Patrice de la Tour du Pin

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 22:46

Pour les autres, pour les passants,
tu es simplement la fenêtre.
Pour moi qui t'aime du dedans
tu es ma plus profonde fête.

Celle qui accroît le regard
et limite chaque nuage,
la gardienne du paysage
où je viens me perdre le soir.

J'ai le monde sous mes paupières
mon front à ta vitre appuyé
et tu es glissante lisière
sur le bord de l'illimité.

Reste ma sœur très patiente,
fais-moi l'aumône d'un oiseau,
redis-moi les paroles lentes
de cet horizon sans défaut.

Et posée entre ciel et terre
sois ce chemin aérien
près duquel doucement je viens
apaiser ma faim de lumière.

Anne-Marie Kegels

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 22:39

Dans le creux secret de la montagne
Où l'eau rare coule encore
Le vieux figuier
Continue son chemin
Donne ses fruits à qui veut les prendre
Et parle avec la tempête

Michel Cosem

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 22:34

Dame la Lune
Mange des prunes
Avec la peau
Et les noyaux.
Et C'est pourquoi
Quand on la voit,
Elle est si ronde,
La Lune blonde
Mais une nuit
Elle maigrit
Car la salade
La rend malade.
Et c'est pourquoi
Elle décroît
Et n'est plus ronde,
La Lune blonde
La demi-Lune
Fait encore jeune
Et de moitié
Devient quartier.
Et c'est pourquoi
Elle décroît,
Et n'est plus ronde,
La Lune blonde !
Le quart de Lune
Mange des prunes
Avec la peau
Et les noyaux.
Et c'est pourquoi
La Lune croît
Et sera ronde
La dame blonde

Marcelle Vérité

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 22:28

Si la sardine avait des ailes,
Si Gaston s'appelait Gisèle,
Si l'on pleurait lorsque l'on rit,
Si le pape habitait Paris,
Si l'on mourait avant de naître,
Si la porte était la fenêtre,
Si l'agneau dévorait le loup,
Si les Normands parlaient zoulou,
Si la mer Noire était la Manche
Et la mer Rouge la mer Blanche,
Si le monde était à l'envers,
Je marcherais les pieds en l'air,
Le jour je garderais la chambre,
J'irais à la plage en décembre,
Deux et un ne feraient plus trois...
Quel ennui ce monde à l'endroit!

Jean-Luc Moreau

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article

Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche