Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 09:38

Ta tristesse inconnue dans tes yeux, si loin dans la foule
et n'y pouvoir porter les paroles des baisers
et tes yeux mes bonheurs, soleils dans la foule
et n'y pouvoir dormir à l'ombre de tes cils et les baiser.

La magie de ta nuit brune et pâle qui demeure
hors mes mains et ma voix et le levier de mes fois
et ce perpétuel présent et ce hier si autrefois
en ce passé sans date où le cercle de tes bras seul demeure.

Et ce cher rêve de ne jamais mourir en toi
et la mémoire du parfum qui ne peut s'abolir en moi
oh vous, tous les instants, toutes les lignes, toutes les joies
baissez vos lèvres à moi, venez dormir en moi.

Gustave Kahn

Partager cet article

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XIXème siècle
commenter cet article

commentaires

abeilles50 25/04/2010 16:58


Bonjour Ophélie,
Si j'aime le sens, l'histoire, la construction ne me séduit pas ! lol
Mais, les goûts et les couleurs...
Bonne soirée. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Asphodèles etc. 26/04/2010 21:41



Tu as raison. La construction est étrange, mais elle ne me déplaît pas! Bisous.



Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche