Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 21:14

Moi qui tremblais devant les miroirs - qui tremblais
Et qui tremble - et non pas devant la seule glace
Abyssale où finit et commence un espace
Inhabitable, un faux univers de reflets,

Mais encor devant l'eau, devant l'écho lucide
Qui d'un ciel plus profond imite l'autre ciel,
Reflet soudain rayé par le vol irréel
D'une hirondelle inverse ou que brouille une ride;

Moi qu'inquiète jusqu'au meuble aux flancs polis,
Jusqu'au fil de l'ébène et ce subtil silence
Où parfois glisse comme un rêve et se balance
Une vague blancheur de marbre ou de lis,

Je me demande encore, après maint jour et mainte
Nuit perplexe sous la variété des cieux,
Par quel hasard étrange ou quel vouloir des dieux
Tout miroir me saisit de malaise et de crainte.

Miroirs d'argent, miroirs masqués, miroirs fardés;
Vieux miroir d'acajou, captieux crépuscule
Dont le sang vaporeux enveloppe et module
Des regards regardants mais aussi regardés.

Jorges Luis Borges

Partager cet article

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche