Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 23:07

Accablé de paresse et de mélancolie,
Je rêve dans un lit où je suis fagoté,
Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté,
Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie.

Là, sans me soucier des guerres d'Italie,
Du comte Palatin, ni de sa royauté,
Je consacre un bel hymne à cette oisiveté
Où mon âme en langueur est comme ensevelie.

Je trouve ce plaisir si doux et si charmant,
Que je crois que les biens me viendront en dormant,
Puisque je vois déjà s'en enfler ma bedaine,

Et hais tant le travail, que, les yeux entrouverts,
Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine
Ai-je pu me résoudre à t'écrire ces vers.

Antoine Girard de Saint-Amant

Partager cet article

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XVIIème siècle
commenter cet article

commentaires

abeilles50 20/07/2010 09:03


Bonjour Ophélie,
Il fallait le trouver ce troisième vers ! lol
L'auteur décrit fort bien la paresse...
Bonne journée à toi. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Asphodèles etc. 22/07/2010 17:20



Bonjour Régis... Magnifique n'est-ce pas? Bises. Ophélie


 



Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche