Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 14:46

Le feu: jolis poissons rouges,
Endormait le chat fermé.
Si, par mégarde, je bouge,
Le chat peut se transformer.

Il ne faut jamais que cesse
Le rouet des vieilles tours;
Car se changer en princesse
Est le moindre de ses tours.

Jean Cocteau

Partager cet article

Repost 0
Published by Asphodèles etc. - dans XXème siècle
commenter cet article

commentaires

benoit gimenez 23/09/2010 12:30


je ne connaissais ce joli mot de cocteau. Et je ne savais pas qu'il pouvait aimer les chats. cette lecture m' a été agréable. merci pour cela.


Asphodèles etc. 24/09/2010 20:50



Je ne sais si pour autant, je veux dire malgré ce poème, Cocteau aimait les chats! C'est à voir! Ophélie



abeilles50 23/09/2010 09:13


Bonjour Ophélie,
Je ne sais si mes neurones sont bien en place... mais j'ai un peu de mal à saisir le sens de ce texte ! lol
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


Asphodèles etc. 24/09/2010 20:48



Bonjour Régis,


Oui, ce poème joue de contraires et défie la logique. Tes neurones sont donc bien place! Bises. Ophélie



Présentation

  • : Asphodèles etc.
  • Asphodèles etc.
  • : L'anthologie poétique d'Ophélie Conan, la barbare au cœur de midinette. Tous les poèmes qu'elle aime...
  • Contact

Recherche